Projets de recherche d’ampleur nationale

Parmi les 4 projets présentés, le groupe de travail Recherche a choisi le projet de Mme Noémie Ratsimalahelo, Pharmacienne doctorante, Service de pharmacie, CHUV et Mme Mathilde Escaith, Pharmacienne Doctorante, Centre universitaire de médecine générale et santé publique, Unisanté, Secteur Pharmacie – Recherche.

avec le titre

Transition des soins entre l’hôpital et l’ambulatoire : coordination d’interventions pharmaceutiques de l'admission à l'hôpital à la 1ère consultation ambulatoire post-hospitalisation pour sécuriser la médication chez des patients à risque

 

Brève description du projet :

Contexte et buts :

Les transitions de soins sont des étapes critiques car à risque de survenue de problèmes liés à la médication. Une continuité des soins sous-optimale est reconnue comme étant l’une des causes de réadmissions potentiellement évitables. Une stratégie robuste afin de garantir la sécurité des médicaments lors des transitions de soins permet de réduire ces réadmissions et de répondre à une des trois priorités établies par l’OMS en 2019 dans le cadre de son Défi mondial pour la sécurité des patients. Les études impliquant les pharmaciens aux interfaces de transition de soins ont montré un impact positif sur la sécurité des patients. Actuellement en Suisse, nous n’avons que peu d’expériences en termes de sécurisation de la médication par les pharmaciens aux interfaces de transition de soins. Au CHUV, la conciliation médicamenteuse à l’admission a été réalisée par un pharmacien hospitalier lors de deux études : en 2013 – 2014, elle a mis en évidence que chez 120 patients hospitalisés en médecine interne et souffrant d’insuffisance cardiaque, 94% présentaient au moins une divergence non intentionnelle (DNI) à l’admission, avec en moyenne 4.1 DNI/patient. En 2021, une étude menée dans les services de chirurgie septique et traumatologie du CHUV a mis en évidence que 60.8% des patients admis présentaient au moins une DNI avec en médiane 2 DNI/patient. La proportion de patients présentant au moins une divergence médicamenteuse à l’admission à l’hôpital est donc conséquente ; de ces divergences médicamenteuses à l’admission découleront des divergences médicamenteuses à la sortie du patient et possiblement des évènements indésirables médicamenteux post-hospitalisation pouvant conduire à des réhospitalisations. A la Pharmacie d’Unisanté, les études de sécurisation des médicaments ont permis le développement de prestations d’accompagnement (exemple : pour les patients sous fingolimod) et de programmes interdisciplinaires de suivi d’adhésion. De plus, divers projets portant sur le revue médicamenteuse et la réconciliation sont en cours (exemple : validation d'un outil clinique). A l’heure actuelle, les interventions sont donc réalisées en silo et les pharmacies communautaires du canton ne sont pas impliquées dans le processus de transition des soins. A cela s’ajoute une communication perçue comme lacunaire par les pharmaciens et les médecins. Ce manque de communication à l’interface des systèmes de soins est un obstacle important pour garantir une continuité des soins optimale.

Le but de ce projet est de mettre en place un modèle combinant :

  • la réalisation de la conciliation médicamenteuse à l’admission du patient à l’hôpital et à la sortie de l’hôpital par le pharmacien hospitalier,
  • une systématisation de la transmission d’informations propres à la médication entre les milieux hospitalier et ambulatoire,
  • une implication du pharmacien communautaire lors de l’admission et la sortie du patient de l’hôpital,
  • une amélioration des connaissances du patient de ces traitements par la réalisation d’un entretien pharmaceutique post-sortie d’hospitalisation avec son pharmacien communautaire,
  • permettrait d’améliorer la sécurisation de la médication lors de la transition des soins.

Les résultats attendus:

  • Objectif primaire : Diminution du risque iatrogène par a) la correction des DNI à l’admission et à la sortie d’hôpital des patients, b) l’amélioration des connaissances des traitements et de leur gestion par les patients et c) par une meilleure communication entre les professionnels hospitaliers et communautaires.
  • Objectifs secondaires :
  • Identification de facteurs d’exposition associés à la présence de DNI à l’admission et à la sortie d’hôpital des patients, ainsi qu’à l’amélioration des connaissances des traitements et de leur gestion.
  • Évaluer le taux de ré-hospitalisations et de visites aux urgences du CHUV dans un délai de 1 à 30 jours pour des complications liées à un médicament.
  • Amélioration de la transmission d’informations à l’interface stationnaire <-> ambulatoire
  • Satisfaction des patients, des équipes médicales et soignantes, des pharmacies communautaires.

 

Description complète du projet

 

Entreprises partenaires du projets recherche 2022:

En colloboration avec :